Depuis le temps qu'on en parle ! je me suis décidé à le faire paraître. Il faut dire que je l'ai tant raconté ! Maintenant, je pourrai dire : voyez cette page !
    Voila presque 10 ans que je fais de la bière. Oh, je ne m'estime pas brasseur ! ni par la manière de la faire, ni par la quantité, 200 litres par an à peu près.
    Disons que ma bière est à la bière industrielle ce que la conserve est à la cuisine. Etant entendu qu'il existe d'excellentes conserves (et de moyennes cuisines !).
    Assez peu pratiquée en France, contrairement à la Grande Bretagne ou la Belgique, cette méthode permet de fabriquer un produit très correct à partir d'un sirop de malt conditionné en boite de conserve. On pratique une fermentation haute (type belge) avec refermentation en bouteilles. La bière obtenue est donc une bière vivante, au goût évolutif, pouvant se conserver 2 ans (si on y arrive !).
    Vous trouverez ci-dessous une série de photos commentées des différentes étapes.
    Où trouver le matériel et les produits ?
    Voyez donc à la Brasserie du Caroux, 10 av. Marcellin Albert, 34800 NEBIAN.
    Tél 04 67 88 40 07     fax 04 67 88 40 08     e-mail br.caroux@wanadoo.fr
    Dernière chose : de nouvelles micro-brasseries se montent un peu partout. Elles font des bières de grande qualité. Soutenez ces petites entreprises en goûtant leurs produits et vous favoriserez la diversité, dont le manque a causé la perte de beaucoup de brasseries du nord de la France vers la moitié du siècle dernier.

 

Brune des Flandres. Beaucoup de sortes de bière sont disponibles en kit. Cette fois, j'ai testé la brune des Flandres dont vous voyez l'étiquette ci-contre. Chaque boite est livrée avec son sachet de levure.

 

La dame jeanne est de récupération mais on trouve également des fûts de fermentation à la vente. Matériel indispensable.

Haut de page

Pesage du sucre. Pesage du sucre qui servira à l'alimentation des levures et à la transformation en alcool et gaz carbonique.

 

Versage du sirop de malt. Après avoir réchauffé la boite, pour rendre le sirop plus fluide, il ne reste plus qu'à verser le contenu de celle-ci dans la bassine. Vous pouvez constater la consistance épaisse du sirop de malt, très proche du miel. Versage du sirop de malt.
Haut de page

Nettoyage de la boite. Le brassage consiste à mélanger longuement le sirop avec le sucre en y ajoutant l'eau de source préalablement bouillie (cela élimine beaucoup de calcaire et de germes). Evitez l'eau du robinet, pour son chlore, néfaste à la formation de mousse. Brassage.

 

Versage dans la dame jeanne. Le mélange étant homogène, on le verse dans la dame jeanne ou le fût de fermentation. On verse également le reste de l'eau. Dans le cas présent, avec une boite, on peut faire 20 litres de cette bière.
Haut de page

Préparation de la levure. La levure étant préparée un quart d'heure avant, on peut la verser dans la dame jeanne. Mais attention à la température du mélange car au-dessus de 25°, on tue les levures ! Versage de la levure.

 

Bouchage de la dame jeanne. On bouche la dame jeanne avec un bouchon percé, relié à un tuyau plongé dans une bouteille d'eau afin de laisser le gaz s'échapper tout en empêchant l'air d'entrer.
Suivant la température du lieu, quelques heures plus tard, on remarque les premières bulles, signe de fermentation.
Début de fermentation.
Haut de page

Transvasage. Embouteillage. Capsulage.
Le mélange reste à peu près 15 jours dans la dame jeanne pour la première fermentation.
Les étapes ci-dessus se déroulent dans la foulée. On commence par transvaser le mélange pour éliminer le plus gros de la levure du fond. Puis on ajoute un petit sirop de sucre pour la refermentation en bouteilles. Ensuite, c'est l'embouteillage et le capsulage.

 

Quelle mousse ! Mais il faudra attendre 7 semaines pour contempler ce spectacle après la seconde fermentation.
Je peux vous dire qu'elle est aussi savoureuse que belle à regarder !
Si vous désirez quelques explications supplémentaires, envoyez-nous un petit mail !
Haut de page